Ici il m'arrive souvent d'avoir l'impression de vivre sous une cloche à fromage géante... comme dans le film « the truman show », un genre de « loftstory » à grande échelle sans blondes siliconées et sans piscine.

27 hivernants venus d'horizons divers, un décors de rêve qui s'étend à perte de vue, des milliers d'animaux jamais vus qu'au cinoche, etc...

C'est vachement bien fait, je vous jure, sur ce coup là la chaine a mis le paquet ! Rien qu'en déco et accessoires y'en a sûrement pour des milliards d'euros... incroyable je vous dis!

Et le meilleur dans tout ca c'est que nous, les candidats, à la base on ignore complétement les véritables raisons de notre venue ici ; on pense tous être là pour la recherche scientifique: l'étude des zozios, des grosses poules polaires, de la pouascaille, des glaçons, de l'atmosphère, etc etc..

Au début j'ai marché. Les deux jours d'avions, la traversée en barcasse.. le mal de mer.. pouahh... les icebergs, les tempêtes... c'était hyper réaliste. J'ai vraiment cru que l'antarctique existait et qu'on y était arrivé.

Mais on ne me la fait pas à moi, il se passe trop de choses bizarres par ici:

- un soleil qui brille à des heures improbables, parfois trop, parfois pas assez;

- une lune qui éclaire comme un soleil ou, à l'inverse, des nuits noires comme des placards;

- des coups de vent qui repartent comme ils sont venus ou encore,

-  des lumières fantomatiques qui apparaissent soudainement au dessus de nos têtes...

Non c'en est trop, la coupe est pleine, là y'a vraiment un truc qui cloche !

Pour tenter d'en avoir le cœur net, dès que le temps le permet, mes camarades sceptiques et moi, on part en vadrouille sur la banquise, chaque jour dans une direction différente, pour tromper l'ennemi, et toujours plus loin.

A trois ou quatre on franchit le périmètre de sécurité mais pour cela bien sûr, avant tout, il faut demander la permission à Moman… Moman que je soupçonne fortement d'être de mèche avec la production du reality show...

Elle a certainement un téléphone portable caché quelque part, par le biais duquel elle peut les contacter en cas d'urgence.

Quand elle les appelle ça doit donner un truc du genre:

_ « Allo la prod, faites gaffe y'en a trois qui vont faire un tour hors des clous »...

_« Ok bien reçu Moman, on réinstalle la banquise, les icebergs et tout le tintouin.. cimer.. ».

_ « Ah, au fait, on se voit toujours samedi prochain ?.. »

_ « ouais no soucail, on ira a la plage et on sf'ra un barbeuc... »

_ etc, etc, etc...

 

Chaque jour on essaie de trouver la faille dans le décors, la base de la cloche à fromage... mais à chaque fois que l'on s'en approche, soit le soleil se couche subitement, soit il y a un très gros iceberg qui nous barre la route, soit les éléments se déchainent d'un seul coup d'un seul nous obligeant à faire demi tour sur le champs.

Mieux encore: depuis hier la prod nous empêche carrément de sortir hors du périmètre de sécurité en nous mettant des bâtons dans les roues ou plutôt devrais-je dire de la neige jusqu'aux genoux. Cent mètres dans cette poudreuse en paraissent mille et la visibilité est aussi bonne que dans un yaourt bulgare...

Pendant ce temps chacun prend son mal en patience, on fait la fête autour d'une partie de scrabble, on s'éclate à la belote, je me fais laminer aux fléchettes... le club du troisième age de DDU n'a jamais compté autant d'adhérents!

Mais je ne perds pas espoir, j'arriverais bien à prouver un jour que tout ceci n'est que du flan... que les bergs sont en polystyrène, que la banquise est en carton, que les bêtes sont robotisées (exceptés les empereurs et les phoques qui eux sont des costumes sous lesquels se cachent des acteurs comme à Disney; des hommes adultes pour les phoques, une tribu de pygmées pour les manchots.) et que les aurores ne sont en fait ni plus ni moins que les fumées des milliers de cigarettes que les cadreurs se grillent pendant leurs pauses!

 

DSC00024[Résolutiondel'écran][800x600]