DSC00008[800x600]

En Terre Adélie comme aux iles Kerguelen nous partagions un même problème: le choux. Seulement à l'inverse de Kerguelen où le choux se faisant boulotter sans relâche par des hordes de rongeurs à grandes oreilles était en voix d'extinction, ici à DDU, le choux, mais « de Bruxelles », proliférait de façon exponentielle dans les réserves de vivres.

On en serait venu à manquer de place pour stocker les provisions si un jour, quelqu'un, quelque part, n'avait eu une idée géniale; celle d'introduire une nouvelle espèce en Terre adélie afin d'endiguer le problème de surpopulation. La nouvelle espèce en question c'était le VCAT.

Le VCAT ou Vilain Cloporte Acariâtre et Téméraire, la plupart du temps recruté parmi les classes étudiantes en fin de cursus ou celles des jeunes travailleurs pleins de projets mais sans argent, était réputé pour la pauvreté de son régime alimentaire (nouilles, riz, purée mousseline) et surtout sa grande voracité.

Au début l'expérience se déroula comme prévue. Chaque année, la période d'apprivoisement achevée, on ne nourrissait plus le VCAT que de choux de Bruxelles et de pâtes au fromage jusqu'à l'arrivée de la relève. Le VCAT était content, il pouvait se faire péter le bide à tous les repas et ce sans avoir besoin d'aller au Francprix faire les courses ou d'appeler Allopizza. C'était le paradis pour lui.

Les résultats étaient prometteurs, le stock de choux de Bruxelles de DDU diminuait, tout se passait comme prévu... les résultats étaient tellement satisfaisants qu'un jour, le même quelqu'un de l'autre jour, mais autre part cette fois, eu l'idée de tirer profit de la situation en envoyant là-bas tous les aliments qui n'avaient pas trop la cote dans les cantines de France pour les donner à manger aux VCAT qui devenaient d'année en année de plus en plus voraces.

C'est ainsi que le VCAT retrouvait quotidiennement dans son assiette des salsifis, des flageolets , du gouda au cumin et des pruneaux aux côtés des sempiternels choux de Bruxelles et il s'empiffrait de ces choses avec délectation le VCAT, sans prêter attention à leur mauvaise réputation. Il n'en avait que faire, l'important pour lui étant de manger, manger, manger...

 

Tout allait bien jusqu'au jour où, du jour au lendemain, on perdit tout contact avec les hivernants.. plus de mail, plus de coup de fil... plus rien.

Inquiet, l'institut polaire dépêcha une équipe de secours sur place, mais, à son arrivée quelques semaines plus tard, elle découvrit la base déserte, vide de toute présence humaine.

A première vue sur l'ile des pétrels rien d'anormal; les bâtiments ne semblaient pas avoir souffert des maltraitances d'une quelconque tempête, les véhicules étaient tous à leurs places, aucun petit mot d'adieu griffonné sur le tableau du séjour... un grand mystère entourait cette affaire...

Une enquête fut ouverte. L'inspecteur Derrick fut envoyé sur place. Aidé de ses indémodables lunettes, de son imper vert et de son infaillible instinct, il conclut à une attaque d'ours polaires... mais l'hypothèse fut rapidement écartée puisqu'aucun corps ni aucune trace de lutte n'avaient été mis en évidence...

Derrick fut remercié et renvoyé au cimetière de Munich.

chambreClem[800x600]

L'enquête n'avançait guère jusqu'au jour où quelqu'un eu l'idée de prendre un plan de la base et de compter le nombre de bâtiments... Il en manquait un et pas des moindres: le dortoir de DDU, cette bâtisse orange en forme de légo géant, plus connu sous le nom de « 42 ».

Après déneigement du terrain, on constata qu'il ne restait que les fondations du 42.

Les recherches sous marines entreprises en contre bas de l'ile pour le retrouver ne donnèrent rien. Le mystère restait total..

Enfin, le remplaçant de Derrick, un certains « Mulder », finit par trouver l'explication: il s'agissait là d'un rapt collectif commis par des extra terrestres. Les experts validèrent immédiatement les conclusions de l'inspecteur. Le dossier fut classé. Fin de l'histoire.

Fin de l'histoire? Non, car quelques années plus tard les inspecteurs de Cold case s'aperçurent par hasard qu'à l'époque lors de son séjour à DDU Mulder était tombé sur une réserve de schnaps que Derrick avait oublié dans sa piaule et qu'il en avait plus que légèrement abusé durant l'enquête.

 

La thèse de l'enlèvement extra terrestre fut donc réfutée et le dossier réouvert.

Mais ce n'est qu'un demi siècle plus tard, lors du premier voyage spatial habité vers Mars que l'on eut enfin le fin mot de l'affaire des hivernants de DDU.

En effet, à son retour sur Terre, Neil Asmtromg junior déclara qu'il avait aperçu lors de son séjour la haut, derrière les hublots de sa navette spatiale, un gros cube de couleur orange en orbite autour de la planète rouge propulsé par un étrange gaz vert;

 

Dans les rapports officiels on imputa la vision de Neil à un délire cosmique passager, mais en secret, il fut admis qu'il s'agissait du dortoir de DDU et pour les enquêteurs tout devint alors limpide quant à l'étrange disparition du bâtiment cinquante années auparavant.

 

Voici donc enfin ce qui c'est réellement passé...

Ce soir là, suite à un gros repas de fête durant lequel il leur avait été servi double ration de choux, les hivernants s'étaient tous endormis repus, le ventre bien ballonné.

Durant la nuit, le vent se mit à souffler très fort faisant trembler le dortoir tout entier.

Les hivernants endormis étaient ballottés de droite à gauche dans leurs lits et leurs ventres n'en finissaient plus de gonfler sous l'effet des choux ingurgités.

Ils gonflaient, gonflaient, gonflaient tant et si bien qu'ils auraient certainement finis par exploser si une rafale plus forte que les autres, percutant le bâtiment avec une violence incroyable, n'avait fait rouler tous les hivernants sur le ventre simultanément dans leurs lits.

Le ventre ainsi comprimé sur le matelas l'inévitable se produisit: entre deux rafales, dans un silence de cathédrale, les manchots empereurs furent témoins de la plus grosse flatulence collective de tous les temps! (D'ailleurs depuis l'événement en question aucune bestiole n'a jamais remis les pattes en Terre adélie).

Un pet tellement énorme que les appareils de mesures sismiques de DDU en enregistrèrent la déflagration... et je ne vous parle pas des résultats d'analyses atmosphériques enregistrées ce jour là.

Bref passons... je vous épargne les détails, ce qui importe de savoir c'est que le souffle de l'explosion fut tel que dans la seconde qui suivit, le bâtiment, au lieu d'exploser sous la pression, fut littéralement soulevé et s'envola à la verticale comme une fusée décolle de son pas de tir, ses haubans d'acier qui le reliaient au sol cédant simultanément comme de vulgaires brins de ficelle fatigués;

 

Voilà, c'est ainsi que dans mon rêve le 42 se retrouva en orbite autour de Mars et que ses occupants finirent vaporisés dans l'univers!

 

Fin

Tout ça pour dire qu'ici on attend tous avec impatience les fruits et légumes frais et variés de la campagne d'été!

Une photo pour les courageux qui ont tenu jusqu'au bout... Galette d'anniversaire, cinq cierges pour cinquante ans d'existence (...la flemme de planter cinquante bougies!).


IMGP4836-Copie[800x600]